Share Poll

Poll link

500 px
350 px
250 px
Preview

widget preview:

Width - px Height - px

Close preview
! You are using a non-supported browser Your browser version is not optimised for Toluna, we recommend that you install the latest version Upgrade
Our Privacy Notice governs your membership of our Influencer Panel, which you can access here. Our website uses cookies. Like in the offline world, cookies make things better. To learn more about the cookies we use, check out our Cookies policy.

Anne5983

  28 days ago

#MotsCachés : A l'école
Closed

Pour commencer je n'ai pas de photo de moi à l'école, par contre dans un vieil album j'ai trouvé cette photo de mon papa enseignant en Pologne avec un groupe de sa classe lors d'un spectacle de fin d'année.

Mais revenons à moi. 
Quel type d'enfant étais-je en classe ?

J'étais une petite fille très vive, qui ne tenait jamais en place et qui plus est, était très bavarde.

Souvent cela faisait que ma place était à la table (ou bureau) en face de l'instituteur pour qu'il m'ait à l'oeil.

Cela ne me dérangeait pas plus que ça puisque malgré tout j'aimais m'instruire, et participer aux cours, et je faisais quand même le pitre quand il avait le dos tourné.

Une année pourtant j'ai eu une institutrice très "peau de vache" qui ne m'aimait pas. Elle me collait du Scotch sur la bouche et me tapait sur les doigts.
Mes parents ont été la voir car une fois elle a arraché si vite le Scotch qu'une partie de mes lèvres est restée collée dessus.

Les années collège ont commencé trop tôt pour moi, j'avais 9 ans 1/2, j'étais donc encore une enfant, si bien que jusque la 4ème je ne me sentais pas à ma place, la plupart des élèves en étaient aux flirts, alors que moi je jouais encore aux billes.

Est-ce pour cela que j'ai redoublé ? 
En tous cas ça m'a permise de ne plus être "l'ado attardée" et d'être mieux intégrée après.

Ont commencé alors mes imitations de professeurs, pas dans la voix, mais dans le geste, qui faisaient bien rire toute la classe.

Avec une copine qui enfilait un tablier à l'envers et le boutonnait au cou, nous faisions les pitres : elle, assise derrière le bureau du prof, moi cachée derrière elle mais ayant enfilé les manches du tablier  et gesticulant en fonction de ce qu'elle disait......doigt en direction d'un élève ou sur la bouche (de ma copine). De belles parties de rigolade avec toute la classe.

Je sautais aussi au dessus du portail qui restait fermé dans la journée, pour faire l'école buissonnière lors des permanences.

Ce n'était pas vraiment les 400 coups car j'étais assez sage dans mes pitreries, mais quand même, j'avais une petite popularité avec mes bêtises.

Est-ce que je vous parle de mon adolescence ?

On est encore un peu enfant, il me semble.
Je crois même qu'on le reste tant qu'on est pas entré dans la vie active.

Les années lycées donc, furent plus sérieuses, à part quelques écarts comme les jours de piscine ou de patinoire où je n'allais jamais me faisant remplacée par une amie qui était un peu plus vieille, n'allait pas en classe et ne travaillait pas. On y allait à pied et c'est grâce à un bar de coin de rue que nous faisions notre échange, elle profitait des activités gratuites, moi de mon petit ami du moment avec qui je pouvais traîner une heure ou deux. 

La prof n'a jamais rien vu, pour elle Régine était moi, car elle ne prêtait aucune attention au moment du départ,  elle nous comptait vite fait, c'est tout.

Je me souviens aussi des quelques jours qui précédaient les vacances où quelqu'un amenait une guitare et que nous chantions les chansons de Brassens ou de Moustaki.

Sinon j'avais la faculté de retenir tout ce qui se disait en cours, si bien que j'avais peu à apprendre après, ce qui étonnait toujours maman qui me voyait plus dehors qu'à la maison mais ne pouvait pas me gronder vu mes bons bulletins.

Et vous avez sans doute compris, j'aimais l'école, aussi bien pour l'instruction que pour l'esprit camaraderie.

Ce furent aussi mes premiers émois amoureux, la dernière année de collège, et cet amour platonique que j'ai eu en seconde pour mon prof de techno qui me prêtait grande attention (professionnelle bien sûr) ce qui me rendait encore plus amoureuse.......Oh  Dieu qu'il était beau !

Mais à propos, êtes-vous tombé amoureux ou amoureuse de l'un de vos professeurs ?
Reply

Katikasy

  25 days ago
J’aurais aimé être en classe avec toi, on se serait bien amusées. Non, aucun prof n’a suscité mon attention. Mes souvenirs concernent mes meilleurs amis dont certains sont toujours mes amis. Pour ta discussion précédente sur le vent, tu l’as fermée mais de toute manière je n’y connais absolument rien hormis leurs noms :)
0 comments

Fine-Jade

  27 days ago
Comme déjà écrit ici, j'étais une fervente abonnée des radiateurs... le plus loin possible des profs, quoique certains se postaient justement au fond de la classe, (me gonflaient ceux-là.!)^^ et j'assurais le minimum syndical pour continuer dans la branche que je voulais et le baccalauréat dont j'avais besoin (lettres-langues étrangères). Par contre, j'adorais les cours de sports... quels qu'ils soient.! (sports co, piscine, etc...) Et pour le prof qui a fait battre un peu plus fort mon p'tit coeur.... j'ai encore son visage et son parfum en tête... faut dire que la liste de ses prétendantes (élèves et profs) était impressionnante... Prof de maths où je me faisais réexpliquer 10 fois les mêmes choses, il avait en plus une patience d'ange..... Et prof de musique, avec une amie on avait acheté des guitares pour prendre des cours particuliers avec lui... le Rêve.!!! ;.)))))
3 comments

Ortie59

  27 days ago
Moi aussi, j'avais oublié le fameux ruban de scotch sur la bouche ! et au coin , svp !!!!
Tu n'avais pas froid aux yeux : de te faire remplacer ( lol !) par une amie un peu plus vieille !!! Tu n'avais pas de photo sur ton carnet ? ! ou le surveillant fermait les yeux ? -;) ou encore était ce peut-être ton double ;;;?!
Pour te répondre, non, je n'ai jamais eu aucun "crush" pour un prof sur tout mon parcours.
Et merci pour cette tres belle photo ! -;)
1 comments

Bérengère88

  27 days ago
J'aime beaucoup ton texte ! Déjà ce satané scotch sur la bouche, je l'avais oublié celui-là, j'y ai eu droit aussi. Tu étais téméraire quand même, se faire remplacer pour les sorties il fallait oser hi hi ! Et la photo est magnifique avec ces enfants en tenue traditionnelle... Ton papa était bel homme ! ;)
1 comments

gouvartdomi

  27 days ago
Je t'imagine très bien en petite fille
espiègle, à faire le pitre pour amuser la classe : -) C'était plus compliqué pour moi. Je devais travailler dur pour m'améliorer d'année en année. Si je retenait bien ce qui était dit en classe, pour ce qui était des théories et des"par coeur" je buchais ferme ! J'avais beaucoup d'admiration pour deux de mes profs aussi mais pas de sentiments amoureux, je tenais bien trop à mon petit copain de l'époque : -) Bisous soeurette : -)
1 comments

gouvartdomi

  27 days ago
Je te vois tout à fait en petite fille espiègle, un peu garçon manqué, à faire le pitre pour amuser la classe : -)
Contrairement à toi je devais travailler dur pour me perfectionner d'année en année, même si je retenait facilement ce qui se disait en classe, les théories et les "par coeur" étaient plus compliqués !
J'avais beacoup d'admiration pou deux de mes profs aussi, mais pas de sentiments amoureux, je tenais bien trop à mon petit copain de l'époque : -) Bisous soeurette : -)
2 comments

DjollyDjolly

  27 days ago
Quels jolis souvenirs, Anne (sauf peut-être le morceau de lèvre arraché) ! Pour avoir suivi l'enseignement catholique, nous étions dans une école de filles, je n'avais que des professeurs féminins, dont quelques soeurs, et la directrice était la mère supérieure. Le cours de religion était donné par un abbé. Dès lors, je n'ai pu fantasmer sur aucun de mes professeurs. A la haute école, je n'avais qu'un homme qui donnait cours et c'était un vieux garçon de 45-50 ans, mal dans sa peau, bougon et pas très attirant ;-) J'ai plutôt fatasmé sur les frères de mes amies !
1 comments

chantaletta

  27 days ago
Ho que non! Mais comme toi j'ai aimé l'école...Je garde à jamais le souvenir d'une maîtresse d'école qui m'a permis d'acquérir l'essentiel de la vie.Apprecier les choses simples et importantes...Le chant, la poésie, le théâtre ,la lecture et le Français..la musique Papa en jouait donc je connaissais déjà mais j'ai appris le solfège et tout cela en CM1....je souhaite aux enfants d'aujourd'hui la même rencontre pour apprécier les choses simples de la vie.Bonne journée à toi.
1 comments

corinne.c

  28 days ago
j'étais timide mais piplette par la suite en grandissant bisous anne et bonne soirée
2 comments

faysienne

  28 days ago
Non pas du tout car beaucoup de femmes et des "vieux barbons" très barbants Bisous bonne soirée Anne
2 comments
Copied to clipboard

You’re almost there

In order to create content on the community

Verify your Email / resend
No thanks, I’m just looking

OK
Cancel
We have disabled our Facebook login process. Please enter your Facebook email to receive a password creation link.
Please enter a valid Email
Cancel
We're working on it...
When you upload a picture, our site looks better.
Upload